Ce qu'elle m'a dit

Publié le par DECRYPTO

          Elle m’a dit les cimes enneigées

            Couvertes de beaux reflets roses

              Quand le soleil, le soir se pose

                Aux marches de son pays dévasté.

 

                         Elle m’a dit les fertiles vallées

                           De coton, d’orge et de blé semées,

                             Bien avant l’arrivée des démons

                               Et leur infâme cortége de déraison.

 

          Elle m’a dit l’histoire de sa famille,

            De vies aimées par la guerre prises,

              Récit trop grand d’une lente agonie

                Pour une âme à jamais meurtrie.

 

                         Elle m’a dit la descente aux enfers

                           Des femmes à qui tout est refusé,

                             Sauf peut-être la liberté de pleurer

                               A l’abri du tchadri noir qui les enserre.

 

          Elle m’a dit les nuits de folle terreur,

            La peur, quand les canons du malheur

              Se lèvent au loin sur Kyber-Pass,

                Etouffant l’air d’une indicible menace.

 

                         Elle m’a dit la mort partout présente,

                           La mort, qui là-bas s’appelle Talibans.

                             Femme afghane fatiguée, impuissante,

                               Exilée loin d’un pays écorché, en sang.

 

          L’eau des rivières est pour tous, partout,

            Pourquoi ne coule-t-elle plus pour nous ?

              Et dans son regard vide d’espoir, d’avenir

                Je lisais ce qu’elle ne pouvait plus dire.....

Publié dans Regard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Azalaïs 09/10/2008 10:35

c'est un texte magnifique!
J'écoutais hier Jean Ziegler parler de son dernier livre et de toutes les conneries perpétrées par les occidentaux dans les pays qu'ils se sont appropriés sans vergogne! ce sont les mêmes maintenant qui se trouvent empêtrés dans des guerres et des famines sans fin et qui en plus ne veulent pas le reconnaître

Nickyza 08/10/2008 00:39

Emouvant...Et on a envie de hurler :"Que tout cela cesse !"

liedich 07/10/2008 09:26

J'ai du lire ce réalisme un peu tôt dans la journée. Je devrai dire que ma journée a mal commencé ou par un grand moment d'intensité.
Ton texte est beau. Je t'en remercie.

jean bellamy 06/10/2008 16:10

Tes poèmes sont toujours très beaux , mais celui ci m'a particulierement serré le coeur .
Pour prendre un café a la taverne a Balsy il vaut mieux habité l'Est de l'Ile de France . Tu dis d'ou tu viens et Balsy te fait la route pour la Taverne . Mon café est bio et bon ....ha ha !
Amicalement .
Jean

Noëlle 05/10/2008 16:14

Quel beau regard tu nous transmets celui des femmes qui ne peuvent s'exprimer