Promeneur

Publié le par DECRYPTO

 

Quand le ciel de nuit se déshabille de ses nuages

Et offre au regard la profondeur de son nu étoilé,

Il suffit d’un rayon de lune pour partir en voyage,

Et dans un lieu lointain enfouir de sombres pensées.

 

Là haut, c’est un paradis ouvert sur une terre égarée,

Un monde au bord duquel s’asseoir, pour contempler

Les lambeaux épars des avenirs possibles saccagés,

Et dans le cœur des hommes, les ruines de belles idées.

 

Là haut, c’est aussi le jardin sans fin aux mille beautés

Où le promeneur désenchanté se change en jardinier,

Dessinant en poussières d’étoiles les formes colorées

Des fleurs et des rêves qui, peut-être, ne seront jamais.

 

 

Publié dans Regard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

liedich 05/12/2008 21:23

Oui, lahaut ! Et pourtant, en bas, ici, avec tout le désanchetement qui peut être le nôtre de devoir souffrir de tant de bétise...je rêve de lahaut et j'apprécie tes mots. Je rêve aussi de faire n'importe quoi même si cela ne sert à rien, d'oeuvrer avec mon manque de moyens de le faire bouger notre monde, de nettoyer ne serait que mon entourage pour la seule impression de le mériter. Oui, lahaut, oui en bas. Dans l'ordre. Ne m'en veux pas. Je sais être fou mais je m'y accroche.

fêlure 01/12/2008 18:25

il fait bon se promener sur ton blog...les ruines de belles idées...bonne soirée

katherine 01/12/2008 15:02

De là-haut voir en bas et établir le terrible constat : une terre en perdition... Merci de nous rappeler à cela