Si j'étais

Publié le par DECRYPTO


                                                                       Ecrit pour les Parchemins de Bigornette


Si j’étais la terre,

     Je serais l’argile rouge pour donner forme et vie à tes désirs,
     à tes envies, roulant sous tes doigts agiles pour n’être plus que cadeau
     de ton imagination.


Si j’étais la terre,

     Je serais la plage de sable blond où ton corps au soleil abandonné,
     dessinerait en monts et vallées les formes galbées de ton corps adoré.

     Je serais de cette plage à toi seule offerte, le rocher enchanté où tu
     viendrais t’abriter des vents mauvais, éloignant les vagues sombres et
     glacées de lointaines tempêtes océanes.

     Je serais la montagne enneigée, gardienne des songes de tes nuits,
     infranchissable muraille veillant sur nos amours et nos plus intimes
     secrets.

Si j’étais la terre,

     Je serais la terre entière, navire lumière de notre voyage dans les ciels
     étoilés, suivant inlassablement les routes d’un bonheur chaque jour
     renouvelé.


Si j’étais la terre,

     J’aimerais être la terre de tes rêves, la planète bleue et ton unique
     univers...  

Publié dans Textes du temps perdu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sarang 16/01/2009 11:48

Je ne sais plus si je l'ai lu chez Bigornette.
Mais cela n'a pas d'importance car...quand on apprécie vraiment...on ne se lasse à lire encore et encore.

Lmvie 08/12/2008 18:25

Bonsoir, en lien avec Nickiza, Charlie et d'autres en commun je découvre ton blog aux mots puissants
Heureuse de te découvrir
Amicalement

Azalaïs 05/12/2008 17:08

quel calme et quelle douceur après la lecture de ton article précédent! Par chance nous pouvons nous isoler un peu de la fureur du monde grâce à l'écriture et aux images qu'elles génèrent!

Alrisha 04/12/2008 23:05

Que de douceur pour l'élu de ton coeur!
Bonne nuit !

mylraid irene chat tout gris 04/12/2008 17:33

LA poésie au bout de tes doigts est un frémissement de joie
Il fait bon, non seulement te lire. mais savourer tes mots qui eux sont vraiement des mots...comme j'aime entendre leur chant qui sonne au coeur des poètes...
Mais voilà; la différence est là
faudrait encore etre un peu poète pour rimer avec toi