La colline des anges

Publié le par DECRYPTO

 

    Il arrive parfois, fouillant l'étal d'un bouquiniste, que la main s'attarde sur un livre et que commence alors un prodigieux voyage. Vingt ans après avoir couvert le conflit du Vietnam comme reporter et photographe de guerre, J.C. Guillebaud et Raymond  Depardon reviennent dans ce coin d'Asie, marchant dans les pas de leurs souvenirs pour trouver un pays qui a beaucoup changé. C’est tout un monde que l’on voit revivre à travers la beauté de paysages magnifiquement décrits, et le livre se fait guide de voyage, incontournable pour qui voudrait partir là bas.


   
    Et puis, au détour d’une phrase, c’est l’empreinte de la France qui réapparaît, occasion pour moi de rencontrer Alexandre Yersin, oublié et méconnu du grand public et qui pourtant est l’un des très grands ayant vécu à la naissance du siècle précédent.

 

« Un court obélisque de pierre et de ciment ocre, un escalier à quatre faces et quelques bâtonnets d'encens fraîchement consumés dans une boîte de conserve. De cette éminence votive, on embrassait le panorama de la baie jusqu'aux premières maisons de Nha Trang. La pauvreté de l'endroit, son exil relatif et les signes - menus graffitis datés sur l'obélisque, traces de pas sur le gravier - qui témoignaient malgré tout de visites régulières, tout contribuait à faire naître une émotion à laquelle nous n'étions pas préparés. A l'écart des routes et des gares, à l'orée d'une plaine qui fut hachée, plus que toute autre, par les tonnerres de poudres et d'acier de la guerre, ce tombeau solitaire, perdu dans les hautes herbes, patiné par la pluie, demeure ce qu'il était voici un demi-siècle. On imagine qu'il fut environné souvent par la fumée des explosions, contourné par des patrouilles, survolé par des escadrilles, léché peut-être par l'haleine des incendies. Mausolée oublié dans la mitraille, veilleur aveugle mais intact lorsque tout s'arrêta…

... Sur la pierre de son tombeau, une seule inscription est gravée, en français, mais écrite par une main vietnamienne : “Bienfaiteur et humaniste. Vénéré du peuple vietnamien. »

 

J’ai beaucoup aimé ce livre.

 

La colline des anges - Points Editions - octobre 2006 -

 

    Eminent biologiste, Alexandre Yersin  - 1863 / 1943 -  a découvert la toxine diphtérique et isolé le virus de la peste, agronome visionnaire, explorateur, intellectuel débordant d'humanisme, Alexandre Yersin est aussi le fondateur de l'Institut Pasteur de Nha Trang et de l'école de médecine d'Hanoï.

 

 

Publié dans Sur mon étagère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mylraid irene chat tout gris 11/03/2009 17:47

oui je l'ai commandé ce matin
recommandé par toi je peux en toute tranquilité le lire et te le commenter...
Bigornette aussi, mon amie des si longs jours...chez l'agrume....
mérite Des félicitations
enfin elle s'est décidée
je t'embrasse mon cher TOI

Violette la dame Mauve Mystica 06/03/2009 13:05

Je ne connais pas mais comme je ne veux pas mourir idiote, j'ai noté les coordonnées de l'auteur et le titre du livre pour un achat.
Bonne journée
merci de ton passage sur mon blog www.marinachili.com qui n'est pas celui en référence sous ce commentaire.
Amicalement
Violette

Bigornette 06/03/2009 12:29

vu le sujet que tu annonces ça ne doit pas être mal en effet... un tombeau a échappé au feu et aux armes...tout un symbole... bisous mon ami bonne journée...

liedich 05/03/2009 18:25

Oui, tu donnes envie. Cela me rappelle que tu as du conseiller il y a quelques semaines (j'espère que c'est Toi) Le Chant du Bourreau de Mailer.... et bien depuis je le cherche d'occasion : épuisé partout.;;
Enfin, je garde espoir...
Merci en tout cas.

angel 05/03/2009 18:17

http://marie.francon0500-orange.fr.over-blog.com/
non,jen'aipas accès à mon blog...C4EST UN NOUVEAU ...L'autre,je ne peux y ré^pondre!
bises