Couleurs de comptoir

Publié le par DECRYPTO


Que vous disiez blanc noir ou gris, il se trouvera toujours quelqu’un pour se sentir vexé que sa couleur préférée ne soit pas mentionnée. Il se trouvera toujours un grincheux coincé pour vous accuser, vous dénoncer d’à peu près tout et n’importe quoi, au seul motif que vous ne partagez pas ses idées ou plus simplement parce que cela l’amuse d’être contre si vous êtes pour et vice et versa….


Essayez le mot « politique » après deux verres de vodka dans une réunion d’amis et vous découvrirez avec stupéfaction que le rose est vert, que le blanc n’est qu’un bleu dénaturé, que les nuages noirs deviennent orange au fil des échanges, et que la nuit tous les chats sont gris. Entre évidences, promesses et mensonges, le mot déchaine les passions…


Il se trouvera toujours des sans humour irascibles pour voir une atteinte grave et fondamentale aux droits de je ne sais quoi dans un simple croquis en noir et blanc de Siné ou Plantu, il se trouvera toujours des esprits étriqués qui, mélangeant le religieux à la géologie, tenteront de vous convaincre de ce prodigieux miracle cosmique qui fit naître l’ocre de la terre et le bleu lagon des océans à peu près trente mille années avant J.C.


Il se trouvera toujours des enragés de la contradiction qui, prétendant savoir tout sur tout, ne pourront donc jamais avoir tort à défaut d’avoir raison. Ainsi le blanc sera plus que blanc, le noir moins que noir et l’or, si nécessaire, se fera argent.


Il se trouvera toujours des silencieux complaisants, contorsionnistes ou daltoniens de la pensée, pensant le monde en jaune et vert, mais le disant en rouge et bordeaux parce que ce sont les couleurs majoritaires et qu’être singulier serait comme une offense au bon sens de l’unanimité.


Ainsi vont les hommes, si divers et colorés, qu’on s’enrichit à les entendre et les observer, si superficiels aussi, que parfois il vaut mieux en rire plutôt que s’en offusquer.  Au bar du quartier où je trouve de rares fois le loisir de m’éterniser, il y a toujours une bouteille de vodka pour inviter à refaire un monde sans algues vertes ni requins blancs affamés. Ce serait évidemment un monde où les pauvres comme les riches auraient leur parachute doré, un monde où les faiseurs de guerre seraient isolés dans les salles blanches des asiles d’aliénés, un monde qui serait dirigé par des créatures glamour aux yeux sombres ou améthyste, bref, le monde d’aujourd’hui sans la grisaille de la vie.

 

 

Publié dans vagabondages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

83600 01/03/2010 16:54


Beaucoup de choses qui méritent réflexion.


Oxygene 27/02/2010 15:38


Ton approche des diverses façons de voir la vie est très juste... Oui, je crois que les couleurs n'ont pas la même tonalité pour chacun, les points de vue divergent... On les accepte, on les tolère
ou on les rejette en fonction de l'instant, de l'humeur, de la personne ou du nombre de verres bus...  Parfois on dit aimer la même couleur que son voisin, pour lui faire plaisir ou pour ne
pas avoir à en parler...
Ainsi va la vie....
Tu as une belle façon de parler de nos différences...
Je te souhaite un très bon week-end plein de jolies couleurs, pas trop explosives, mais multiples...


barovin 27/02/2010 09:11


Très juste..Mais de petites phrases lâchées au comptoir peuvent devenir, parfois, des joyaux de la pensée humaine. Les pépites sortent souvent d'un grand brassage de terre sans valeur. On peut tout
de même mesurer que l'humain animal d'il y a deux à trois millions d'années a fait du chemin. J'en reste sur le cul en y pensant. Une bestiole, pratiquement comme les autres, a réussi de
prodigieuses avancées technologiques pour le bien, comme pour le mal. La vie va ainsi. mais nous avons le pouvoir de peser sur la destinée humaine. Exaltant


Nickyza 23/02/2010 15:32


Au comptoir du bar du coin, on refait le monde, c'est bien connu, avec ses couleurs à soi qui ne sont plus les mêmes le lendemain matin. Un bleu sera turquoise demain et était gris
hier...selon l'humeur du jour.
 Nous sommes tant perméables aux aléas de la vie...Les points de vue divergent et les couleurs aussi !
J'aime lire entre les lignes de tes mots :-)


angel 23/02/2010 09:12


Les couleurs existent par elles memes et  également par ce qu'on porte en soi sur le moment..humeur..
 mais le sens des choses ne devrait pas etre complaisant pour autant!
bises